RAPROCHEMENT DU RAPPORT INTERNATIONAL AVEC LES DONNEES DE L’OBSERVATOIRE DES ASTHMES DU COLLEGE DE PNEUMOLOGIE DU SUD-OUEST: premières constations sur 683 malades.

 

L. Vivès, M. Bénichou, P. Biel,  J. Cabrera, A. Didier, M. Duffour, S. Fayas, M. Farny, M.A. Fischer, G. Gay, E. Goyeau, A. Prudhomme, Y Stambach, J. Vanche Collège de Pneumologie du Sud Ouest – France.

 

Retour vers publicationsPublications asthme

 

Depuis 1989, les experts ont multiplié les conférences de consensus pour améliorer la définition, la classification et la prise en charge de l’asthme. A la même époque nous avons débuté une recherche clinique multicentrique pour observer un grand nombre d’asthmatiques en situation de pratique pneumologique courante.

 

But de l’étude: reprendre l’analyse de notre base de données et classer les asthmes à partir des recommandations du rapport international et du N.H.L.B.I.

 

Matériel et méthode: L’observatoire des asthmes du C.P.S.O. est une base de données alimentée par une douzaine de pneumologues du Sud Ouest dans laquelle sont inclus les asthmatiques consentants venant consulter ou hospitalisés. La fiche d’observation décrit l’histoire clinique, l‘examen, le bilan, les traitements et la décision médicale le jour de l’inclusion. Les asthmes sont classés en type (selon Charpin) et en risque (bénin, tardif, immédiat) par accord entre le médecin enquêteur et le médecin coordonnateur. Les cas discutables sont repris par un troisième expert.

 

Définition du risque dans l’observatoire: - 1 Risque Bénin: crises occasionnelles, vie normale, VEMS>80%, état stable, contrôle de l’asthme par monothérapie (cromones, bêta 2, phyllines> - 2 Risque Tardif: obstruction bronchique inter-critique durable (2A réversible sous bêta 2 ou corticoïdes inhales – 2B permanente avec VEMS< 60% et béta2 VEMS< 80%)) - 3 Risque Immédiat: hospitalisations pour asthme >3, séjours en réanimation, crises graves menaçant la vie, asthmes instables aggravés, poly médications incluant des corticoïdes par voie générale.

 

Toutes les fiches ont été revues en fonction des conclusions du rapport du NHLBI: les données manquantes sont l’intensité des crises, le nombre de crises nocturnes, la durée de l’inter crise, la qualité de vie, le suivi régulier du DEP. Cependant grâce aux commentaires libres ajoutés par les enquêteurs, la plupart des observations sont utilisables.

 

On dispose de 602 VEMS et de 420 post-béta2 VEMS inter-critiques.

 

Population étudiée: 683 asthmatiques inclus depuis Juin 1989. Age moyen: 41 ans (3-83) – sexe H/F: 1,04 - Antécédents: atopie 58%, GPL 60% (dont polypose 19%), intolérance médicamenteuse 19% (dont 48% à l’aspirine) - Histoire de l’asthme: âge de début 24 ans (<10 ans: 33%; >45 ans: 20%), ancienneté moyenne de l’asthme : 17 ans (< 10 ans: 45%; > 30 ans: 18%); rémissions de l’asthme pendant plus de 5ans : 14%, aggravations durables : 35%, corticothérapie orale consécutive pendant plus d’un mois : 23%, hospitalisation pour asthme : 40% (dont 29% plus de 5 fois), séjour en réanimation : 13%, crises graves menaçant la vie : 9% - Sévérité de l’asthme sur la dernière année: - saisonnier : 7,4% - asthme d’effort : 40% - asthme nocturne : 12%. Fréquence des crises : - occasionnelles : 33% - mensuelles : 21% -  hebdomadaires: 28% - quotidiennes : 18%. Activité de l’asthme à l’inclusion: - nulle ou contrôlé : 16% - état stable symptomatique : 30% - instable ou aggravé : 57% (dont 146 hospitalisés). Niveau de traitement de l’asthme avant l’inclusion: - aucun : 9% - 1: 26% - 2: 20% - 3: 18% - 4: 27%. Gravité à l’examen: - asymptomatiques : 24% - poussée d’exacerbation : 57% (intensité selon le rapport du NHLBI: légère 27,5%, modérée 34,4%, sévère 38%).

 

Résultats du rapprochement entre notre observatoire et les recommandations du NHLBI: La classification proposée par le rapport détermine un degré de sévérité de l’asthme en associant des scores cliniques, des scores fonctionnels, un niveau de traitement, et des grands événements de l’asthme. Ces 4 groupes de données ne se recoupent pas toujours, et sont parfois contradictoires entre elles ou à l’intérieur du groupe, d’ou une difficulté à classifier en l‘absence de hiérarchie définie entre les groupes.

 

Par approximation nous avons pu déterminer la Sévérité pour 556 fiches sur 683 (81%):

- Sévère 230 - Modéré Sévère 74 - Modéré 103 - Léger 159.

 

Pour le Type 664 fiches, (il ne repose que sur la fréquence des crises): -Type IV: 119 - Type III : 180 - Type II : 144 - Type I : 221 (non classés 19). Pour le Risque 555 fiches: - Bénin : 179 - Précoce (irréversible) : 104 - Tardif (réversible) : 111 – Immédiat : 161. Le risque et la sévérité ne se superposent pas bien (car présence d’asthmes aigus à risque immédiat).

 

 

Croisement entre le risque (déterminé sur nos critères)

et la sévérité (d’après le rapport du NHLBI) :

 

                  RISQUE

SEVERITE

BENIN

IMMEDIAT

PROCHE

TARDIF

LEGER

135

12

0

1

MODERE

39

20

1

40

MODERE SEVERE

1

1

10

54

SEVERE

0

122

90

12


 

Conclusion: Ce travail montre que la classification des asthmes est difficile car basée sur de multiples données dont le poids accordé à chacune est encore mal défini. Une étude approfondie de la signification pronostique des différents scores est nécessaire.

 

HAUT