ETAT IMMEDIAT DES ASTHMATIQUES ET OBSERVANCE THERAPEUTIQUE: Résultats d’une étude comparative.

 

Vivès L., Vanche J., corticoïdes J., Biel P., Goyeau E. Fischer MA., Prudhomme A., Payas S. Farny M., Stambach Y. Boz D., Didier A. - Collège de pneumologie  du sud-ouest.

 

Retour vers publicationsPublications asthme

 

Notre pratique pneumoloqique nous confirme que l’asthmatique, non observant par ignorance, bénéficie  peu des progrès thérapeutiques et demeure menacé.

 

Matériel et méthode: de 06/1989 à 01/1992, 595 asthmatiques ont été observés par le collège de pneumologie du sud-ouest de la France.

 

L’observance était systématiquement recherchée à l’interrogatoire: 288 sont considérés comme observants, 160 non observants, 147 indéterminés.

 

L’état immédiat est jugé sur la situation à Inclusion (consultation ou hospitalisation, l‘état de asthme (aggravation ou état stable) et examen clinique (dyspnée sibilants - toux. expectoration).

 

Trois populations ont été étudiées (comparativement selon que les patients observaient ou non) avec une homogénéité croissante afin de soustraire la comparaison à d’autres facteurs pouvant influencer l’état immédiat (tabac – prise de corticoïdes - gravité de l’asthme)

 

Résultats: (* en pourcentages)

 

Groupes           A1   A2  B1  B2  C1    C2    

Effectifs            288 160 242 107 141   63      p

_________________________________________

Hospitalisés       23   36   20   37   17     38     0,01

Aggravation      49   71   50   73   46     79     0,001

Dyspnée           45   56   51   61   52     60     0,1

Sibilants           52   71   58   75   55     79     0,001

Toux                43   68   47   65   47     68     0,001

Expectoration    26   45   29   50   33     66     0,001

__________________________________________

                                                         

(1: Observants - 2: Non Observants - A: tous asthmes - B: asthmes en traitement de fond non spécifique - C: asthmes à risque tardif d’obstruction bronchique irréversible en traitement de tond n.s.)

 

Les facteurs de mauvaise observance ont été recherchés; certains apparaissent: avoir une activité professionnelle - age comprise entre 30 et 40 ans – tabagisme en cours – suivi médical uniquement par médecin généraliste - asthme bénin - absence d’aggravation ou d’hospitalisation antérieure - hospitalisation actuelle. Mais seul le mode de traitement à la crise est significatif d’inobservance (p < 0,001).

 

La nature des traitements en cours n’influe pas plus l’observance que la gravité de l’asthme; elle intervient moins dans l’état des malades que le respect des prescriptions (les patients les mieux équilibrés reçoivent des béta2mimétiqes et des corticoïdes inhalés au long cours, mais les inobservants de ce groupe vont plus que mal que ceux qui observent n’importe quel autre traitement antiasthmatique classique)

 

CONCLUSION: L’état immédiat de 448 asthmatiques observés en pratique pneumologique courante apparaît très lié à l’observance. Ceci amène à considérer l’observance avant de déclarer inopérant le traitement d’un asthmatique venant pour aggravation, et confirme l’urgence à développer les outils pour améliorer l’adhérence au traitement des asthmatiques.

 

HAUT