Retour vers les conseils 

 VOICI LES CONSEILS QUE NOUS AVONS INCLUS DANS NOS DOSSIERS MEDICAUX INFORMATIQUES ET QUI NOUS PERMETTENT DE REALISER DES ORDONNANCES POUR NOS PATIENTS

  

 

 

 

CONSEILS AUX PATIENTS SOUS TRAITEMENT ANTIVITAMINE K

(Préviscan, Sintron, Coumadine..) Haut Imprimer la ficher

  • Vous prenez un traitement qui a la propriété de diminuer votre coagulation. S'il évite ainsi la formation de caillots, il peut à l'inverse favoriser la survenue de saignements.
  • C'est un traitement de longue durée.
  • Ce traitement à pour objectif de maintenir un niveau d'hypo coagulation (correspondant à un I.N.R., que l'on mesure avec une analyse de sang).
  • Votre I.N.R. doit se situer vers une valeur cible, que votre médecin a définie selon votre cas personnel.
  • Les prises de sang doivent être effectuées régulièrement (au minimum tous les mois) et de préférence tous les 15 jours. En fonction de leur résultat, votre médecin adaptera la dose de votre médicament (que vous prendrez donc plutôt le soir).
  • Si vous pouvez mener une vie normale, il est cependant préférable d'éviter toutes les situations ou vous risquez de saigner (chocs, coupures, blessures).
  • Soyez très attentif à l'apparition d'hématomes ou de tout saignement spontanés, qui doit faire évoquer un surdosage, et faire vérifier votre I.N.R.
  • Ne prenez pas de médicaments sans avis médical, en particulier les anti-inflammatoires (toxiques pour l'estomac), l'Aspirine et tous les produits augmentant le risque de saignement.
  • Certains aliments peuvent faire varier l'assimilation de votre traitement (les choux par exemple), ainsi que la diarrhée ou les vomissements.
  • Certains médicaments peuvent interférer avec votre traitement antivitamine K, et leur utilisation prolongée implique un contrôle de votre I.N.R.

Haut

CONSEILS ET RECOMMANDATIONS GENERALES DESTINES AUX PERSONNES ASTHMATIQUES: Haut Imprimer la fiche

  • L'asthme correspond à une obstruction (le plus souvent réversible) de vos bronches, responsable d'une gène respiratoire d'apparition rapide, accompagnée de sifflements et parfois de toux.
  • Vérifiez d'abord que la sensation de gène respiratoire que vous éprouvez est bien corrélée avec le degré d'obstruction de vos bronches: la meilleure façon pour cela est de mesurer votre souffle (avec un débitmètre de pointe) lors d'une gène respiratoire et de comparer la valeur obtenue avec celle mesurée en dehors de toute crise.
  • En cas de gène respiratoire ou de crise d'asthme sifflante: respirez un médicament broncho-dilatateur (VENTOLINE, BRICANYL, FORADIL etc...). Ne vous affolez pas. Vérifiez que vous pouvez bien parler. Attendez 20 à 30 minutes après avoir respiré le médicament, puis, si vous disposez d'un débitmètre de pointe, mesurez votre souffle et vérifiez que vous êtes amélioré après avoir respiré le médicament. En cas de persistance de la gêne ou de son aggravation, n'hésitez pas à faire appel à votre médecin traitant, ou à vous déplacer vers un service d'urgence. Il vaut mieux aller aux urgences pour rien, que de laisser votre asthme trop s'aggraver.
  • Si vous présentez une obstruction bronchique permanente ou des crises trop fréquentes, votre asthme nécessite alors un traitement quotidien appelé "Traitement de fond": --> Observez scrupuleusement votre traitement de fond +++ en le prenant régulièrement tous les jours tel que prescrit par votre médecin.
  • Evitez autant que possible l'exposition aux irritants respiratoires: fumée de tabac, gaz toxiques, poussières, forte pollution atmosphérique, etc...
  • En cas d'allergie aux acariens: pas de peluches dans la chambre à coucher et de préférence pas de moquette. Bien ventiler la pièce et y passer l'aspirateur. Dormir avec du linge en synthétique. Eviter les oreillers en plumes et les descentes de lit à poils longs. Utiliser un matelas synthétique et/ou une housse anti-acariens (disponible sur commande). Attention aux changements de domicile....
  • En cas d'allergie aux pollens: il est plus difficile de vous préserver; si vous connaissez des lieux (ou des saisons) à forte pollinisation, évitez les.
  • En cas d'allergie aux animaux (en particulier les poils de chats), le plus simple est d'éviter leur contact même indirect (par exemple s'asseoir sur un fauteuil déjà fréquenté par l'animal)
  • Interrogez votre médecin avant de consommer certains médicaments: de L'ASPIRINE, des médicaments ANTI-INFLAMMATOIRES, des BETA-BLOQUANTS (anti-arythmiques et/ou anti-hypertenseur, et collyres pour le glaucome). Haut

CONSEILS PREALABLES DESTINES AU PERSONNES DESIRANT S'ARRETER DE FUMER: Hautt Imprimer la fiche

La première chose à considérer est votre motivation pour mettre fin à votre tabagisme. Si elle est réelle et bien réfléchie, vous devez ensuite considérer votre niveau de dépendance à l'égard du tabac.

Pour cela il vous faut calculer votre Score de Dépendance au Tabac (dit de "Fagerstrôm"), en additionnant le nombre de points selon les indications ci-dessous:

  • Combien de temps après votre réveil fumez-vous votre première cigarette?
    • Dans les 5 minutes : --> 5 points
    • De 6 à 30 minutes : --> 2 points
    • De 31à 60 minutes : --> 1 point Plus de 30 minutes : --> 0 points
  • Trouvez-vous difficile de ne pas fumer dans les endroits ou c'est interdit?
    • Oui : --> 1 point - Non: 0 point
  • A quelle cigarette de la journée vous serait-il le plus difficile de renoncer?
    • La première : --> 1 point - Une autre : --> 0 point
  • Combien de cigarettes fumez-vous par jour?
    • Moins de 10: --> 0 point
    • De 11 à 20 : --> 1 point
    • De 21 à 30 : --> 2 points Plus de 30 : --> 3 points
  • Fumez-vous à un rythme plus soutenu le matin que l'après-midi?
    • Oui : --> 1 point - Non: --> 0 point
  • Fumez-vous en cas de maladie vous obligeant à rester au lit la journée?
    • Oui : --> 1 point - Non: --> 0 point
  • Si vous obtenez un total de points:
    • Inférieur à 3, vous êtes peu dépendant et vous pouvez essayer de vous arrêter seul (e)
    • De 3 à 6 points, vous êtes moyennement dépendant. Vous pouvez essayer de vous arrêter, ce sera assez difficile. Si vous n'y arrivez pas ou si, après vous être arrêté quelques jours, vous avez du mal --> consultez votre médecin traitant, qui si nécessaire vous dirigera vers une consultation spécialisée d'aide à la désintoxication tabagique.
    • 7 points et plus, vous êtes fortement dépendant. Il semble préférable dans ce cas de consulter votre médecin avant de tenter de vous arrêter (médecin traitant et/ou consultation spécialisée d'aide à la désintoxication). Des moyens médicaux existent (conseils plus élaborés, substituts de la nicotine, médicaments). Ils peuvent vous aider, mais ne remplaceront pas votre volonté. Haut

CONSEILS POUR LES PERSONNES PORTEUSES D'UNE HERNIE HIATALE AVEC REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN - Haut Imprimer la fiche

  • A faire:
    • Manger lentement et bien mastiquer
    • Essayer de rester debout au moins une heure et faire un peu de marche après les repas
    • Dernier repas du soir 4 heures avant d'aller se coucher
  • A éviter:
    • les ceintures et les vêtements comprimant l'estomac
    • les repas trop importants (manger par petites quantités)
    • les aliments acides (alcool, vinaigre, citron etc...)
    • la sieste et/ou de s'allonger après les repas
    • la position penché en avant. Haut

CONSEIL GENERAUX DESTINES AUX PERSONNES AYANT FAIT DES CRISES D'EPILEPSIE (et/ou risquant d'en présenter à nouveau): Haut Imprimer la fiche

L'épilepsie correspond à des "décharges électriques" brutales et anormales au niveau du cerveau, responsables le plus souvent de crises généralisées (perte de connaissance, convulsions, chute, morsure de langue, émission d'urines), mais également d'autres crises avec des symptômes moins spectaculaires (convulsions localisées à une partie du corps, simple "absence", malaise, confusion etc...). Certaines épilepsies sont dues à des causes particulières qui peuvent parfois bénéficier d'un traitement curatif. La plupart des épilepsies sont dites "essentielles", sans cause reconnue et pourront devenir chroniques. Si les crises se répètent il est nécessaire de prendre un traitement dont le but est d'éviter leur apparition, ce qui vous permet de vivre une vie normale, sous réserve de respecter scrupuleusement ces conseils:

  • Ne pas faire ou éviter
    • conduire une voiture ou un engin mécanique sans l'autorisation de votre médecin:(risque d'accident très grave lors d'une crise)
    • avoir une vie agitée avec des privations de sommeil, du surmenage et du stress
    • les boissons alcoolisées : l'alcool augmente le risque de convulsions
    • les stimulations lumineuses: voyages de nuit phares en face, boite de nuits, stroboscopes, etc..
    • les jeux vidéo: ils peuvent provoquer des crises
    • prendre des antidépresseurs: la plupart de ces médicaments augmentent le risque de crise
  • Faire ou essayer:
    • mener une vie calme, avec des horaires assez réguliers
    • bien dormir et se reposer
    • prendre régulièrement, tous les jours votre traitement de fond
    • avoir une surveillance médicale régulière et suivre les recommandations du neurologue Haut

CONSEILS GENERAUX DESTINES AUX PERSONNES SOUFFRANT DE RHUMATISMES EVOLUES AU NIVEAU DU GENOU - EN PARTICULIER DE GONARTHROSE (HYGIENE ORTHOPEDIQUE): Haut Imprimer la fiche

Ces conseils visent à préserver l'usure de vos genoux, afin de ralentir la destruction de leur cartilage et le recours à la chirurgie palliative de remplacement.

  • Eviter ou ne pas faire:
    • la descente des escaliers, qui favorise l'usure de la rotule
    • la marche en terrain accidenté, les trottoirs, les dénivellations
    • le piétinement et la station debout prolongée
    • s'asseoir dans des fauteuils bas et profonds dont il sera difficile de s'extirper
    • la prise de poids et le port de fardeaux
    • la pratique du vélo n'est pas très recommandée (ou à très petite dose et sans effort)
  • Faire ou essayer de faire:
    • musculation du quadriceps: relever droit la jambe à l'horizontale en position assis sur une table
    • si vous avez des varices et/ou des troubles circulatoires veineux, et/ou un excès de poids:
      • portez une contention élastique (collants ou bas antithrombose) - dormir les jambes surélevées
      • perdre du poids: alimentation équilibrée et variée, repas réguliers, pas de grignotage
    • une petite marche quotidienne en terrain plat, avec des arrêts fréquents selon votre douleur
    • utiliser des chaussures adaptées, plutôt basses, de bonne contention, répartissant bien les appuis. Haut

CONSEILS DESTINES AUX PERSONNES SOUFFRANT DE RHUMATISMES EVOLUES DE LA HANCHE - EN PARTICULIER DE COXARTHROSE (HYGIENE ORTHOPEDIQUE DE HANCHE): Haut Imprimer la fiche

L'arthrose de la hanche s'accompagne de douleurs, puis de boiterie, puis de raideur. Elle peut aboutir à la destruction du cartilage, puis des os, nécessitant alors la mise en place d'une prothèse. Les médicaments ont une efficacité réduite pour prévenir cette évolution. Une bonne hygiène de vie et quelques mesures simples peuvent vous aider à mieux supporter cette maladie et vous seront aussi utiles en cas de prothèse.

  • Eviter et/ou ne pas faire:
    • avoir de l'embonpoint et prendre du poids (chaque hanche supporte 4 fois votre poids) - la station debout prolongée, le piétinement et l'appui sur la hanche malade
    • marcher en terrain accidenté
    • sauter ou descendre brusquement des escaliers ou trottoirs
    • les fauteuils mous, bas et profonds
  • Faire ou essayer:
    • se déplacer de préférence en vélo (à défaut: pédaler à vide sur un vélo d'appartement)
    • perdre du poids
    • s'allonger sur le ventre 1/2 heure / jour (pour prévenir l'apparition du flexum vicieux)
    • ne pas hésiter à s'aider d'une canne pour réduire l'appui sur le côté malade
    • maintenir une musculation correcte:
      • du quadriceps (extension de la jambe sur la cuisse en position assis)
      • du moyen fessier (écartement de la jambe malade vers l'extérieur en position debout appuyé sur l'autre jambe)
    • surveiller l'évolution de votre maladie pour en apprécier le stade (suivi médical et radiographie) Haut

CONSEILS DESTINES AUX PERSONNES SOUFFRANT DE LOMBALGIES MECANIQUES CHRONIQUES, OU APRES UNE SCIATIQUE (HYGIENE ORTHOPEDIQUE DU RACHIS) - Haut Imprimer la fiche

  • Eviter:
    • le port de fardeaux
    • la station debout prolongée
    • la position "penché en avant"
    • les trajets prolongés en voiture
    • les fauteuils profonds et mous
    • le jardinage
  • Utiliser ou faire:
    • la genu flexion pour ramasser un objet par terre plutôt que de se pencher en avant
    • un couchage adéquat avec un matelas assez ferme
    • des contractions isométriques de l'abdomen pour muscler la sangle abdominale
    • une petite marche quotidienne en terrain plat et sur sol régulier
    • porter une ceinture de contention lombo-abdominale quelques heures dans la journée (lors de la marche)
  • Essayer (au début, de préférence sous contrôle médical ou d'un kinésithérapeute) de pratiquer tous les matins (environ 5 à 10 minutes) une gymnastique lombo-abdominale en cyphose basée sur les mouvements "menton-genoux" et genoux-poitrine". Haut

CONSEILS DESTINES AUX PERSONNES PRESENTANT (ou risquant de présenter) UNE OSTEOPOROSE : Haut Imprimer la fiche

A ne pas faire ou à éviter:

  • le tabac et l'alcool (surtout en grande quantité)
  • la sédentarité, l'immobilisation et en particulier l'alitement
  • les chocs, les exercices violents, les chutes
  • les médicaments à base de cortisone en comprimés (surtout au delà de 10 mg / jour)
  • la ménopause précoce des femmes est aussi un facteur de risque

A faire autant que possible:

  • boire du lait (environ 1/2 litre par jour) et manger des laitages
  • sortir de chez soi, marcher et prendre le soleil
  • un exercice physique quotidien (même chez soi: faire le tour de sa table, des genu flexions, monter les marches)
  • sur prescription médicale une hormone pour les femmes ménopausées Haut

 

CONSEILS DESTINES AUX PERSONNES EN OXYGENOTHERAPIE DE LONGUE DUREE AU DOMICILE: Haut Imprimer la fiche

  • L'oxygène vous a été prescrit pour pallier au déficit d'oxygénation de votre sang, le plus souvent du à une insuffisance respiratoire chronique.
  • Ce traitement ne vous procurera pas un soulagement immédiat de votre gêne respiratoire, mais fera du bien à votre état général, votre cerveau, vos muscles, votre coeur et contribue à allonger votre espérance de vie.
  • Pour être efficace il doit être utilisé plusieurs heures par jour (au moins 12, de préférence 16 à 18 heures).
  • Brancher l'appareil et vérifier que le débit affiché correspond à celui qui vous a été prescrit (en litres/minute)
  • Respirer l'oxygène par les lunettes nasales en essayant de le faire par le nez, et de préférence la nuit.
  • Il est recommandé de respirer l'oxygène toute la nuit, (période la plus efficace pour compenser votre déficit, et la moins contraignante pour vous).
  • Dans la journée, essayez de respirer l'oxygène 2 à 4 heures, en particulier après le repas de midi.
  • Ce traitement ne doit cependant pas vous contraindre à rester chez vous: les dispositifs d'oxygénothérapie de déambulation vous permettent de marcher tout en respirant de l'oxygène.
  • Il est dangereux et formellement interdit de fumer en respirant de l'oxygène.
  • Une sècheresse du nez peut survenir avec l'oxygène liquide ou en bouteille. Pour y remédier un humidificateur peut vous être fourni. Ne mettez pas de corps gras sur votre nez en respirant de l'oxygène (risque d'oxydation et de brûlure). Haut

CONSEILS VALABLES POUR LA CHIMIOTHÉRAPIE : LA PERTE D'APPÉTIT

Haut Imprimer la fiche

Il est possible que vous perdiez un peu l'appétit pendant votre traitement. Il est important d'essayer de maintenir votre poids. Le corps a besoin d'une alimentation de qualité pour conserver sa résistance et sa capacité à lutter contre la maladie.

Faire ou essayer de faire:

  • Buvez abondamment (par petites doses chaque fois) et toutes les heures (1 à 2 litres / jour au total)
  • Fractionnez vos repas: remplacez les trois repas traditionnels par 5 ou 6 repas légers
  • Mangez plus, lorsque vous avez faim et choisissez les plats qui vous font envie
  • Privilégiez les aliments riches en protéines (oeufs, produits laitiers, fromages)
  • En cas de nausées, essayez de boire gazeux (Perrier frais)
  • Des aliments froids sont plus 'attirants' que des aliments chauds (jambon, viande froide, poulet, laitages, biscuits, crème) Haut

CONSEILS VALABLES POUR LA CHIMIOTHÉRAPIE: NAUSÉES ET VOMISSEMENTS Haut Imprimer la fiche

Des nausées et vomissements peuvent être induits par des traitements de chimiothérapie. Les odeurs peuvent également majorer la sensation nauséeuse. Evitez alors toute odeur dans votre environnement (parfums corporels, parfums d'intérieur...)

Voici quelques conseils pour les combattre :

  • Prenez les médicaments antinauséeux et anti-émétiques que vous a prescrit votre médecin.
  • N'hésitez pas à le consulter si vous n'arrivez pas à garder les aliments malgré ce traitement
  • Buvez 1 à 1,5 litre d'eau, de bouillon..., par petites doses, tout au long de la journée, pour ne pas vous déshydrater
  • Vous pouvez boire des boissons gazeuses qui peuvent améliorer vos nausées
  • Buvez des boissons froides ou glacées
  • Mangez des plats froids ou tièdes (salade de fruits, sorbets, viandes froides, céréales...)
  • Evitez de manger quelques heures avant la séance de chimiothérapie et 2-3 heures après
  • L'odeur des aliments peut vous écoeurer. Préférez une nourriture qui a peu d'odeur
  • Les aliments salés (type bretzel) ou les gâteaux secs peuvent également vous aider.
  • Mangez souvent, en petite quantité, lentement et en mastiquant bien.
  • Fractionnez vos principaux repas en 5 ou 6 repas plus légers.
  • Evitez la nourriture grasse, épicée ou trop sucrée qui pourrait majorer la sensation d'écoeurement
  • Facilitez votre digestion en vous asseyant bien droit après les repas ou en faisant quelques pas Haut

CONSEILS VALABLES POUR LA CONSTIPATION LORS DE LA CHIMIOTHÉRAPIE Haut Imprimer la fiche

La constipation est généralement liée à l'action de traitements utilisés pour éviter les nausées, les antalgiques (dérivés de la morphine) et à tout changement de l'alimentation.

Conseils d'hygiène:

  • Faîtes de l'exercice physique, par exemple de la marche tous les jours.

Conseils d'alimentation:

  • - Buvez beaucoup afin de ramollir vos selles, au minimum 1,5 l/jour de l'eau plate (évitez l'eau gazeuse), ou des bouillons de légumes, jus de fruits, jus de pruneaux...
  • - Le matin, un verre de jus d'orange frais peut vous aider à réveiller votre tube digestif paresseux.
  • - Préférez des aliments riches en fibres (produits céréaliers, fruits secs, légumes, fruits) cuits ou crus
  • - Associez à des féculents (pâtes, riz) des légumes verts (haricots verts, tomates,...)
  • - Evitez les légumes de la famille du choux pour limiter les ballonnements
  • - Privilégiez le lait, les laitages, les crèmes dessert... Haut

CONSEILS DESTINES AUX PERSONNES PRESENTANT UNE BRONCHITE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (B.P.C.O.) AVEC EXCES DE POIDS Haut Imprimer la fiche

La bronchite chronique obstructive est une inflammation persistante des bronches avec réduction de leur calibre, consécutive au tabagisme ou à des infections. Elle se traduit par une toux et des crachats plusieurs mois par an, plusieurs année, associés à une gène respiratoire à l'effort (ou au repos). Pour différencier la B.P.CO. de la bronchite chronique simple il faut mettre en évidence une diminution significative de votre souffle avec l'aide d'un spiromètre. Si la guérison d'une B.P.C.O. est illusoire, on peut en ralentir l'évolution et en limiter les conséquences par une prise en charge correcte, qui repose sur une bonne hygiène de vie et l'utilisation des médicaments.

Ne pas faire ou arrêter de faire :

  • fumer du tabac ou d'autres herbes…
  • respirer des vapeurs toxiques ou la fumée de votre entourage
  • trop manger (repas lourds et copieux suivis de somnolence)
  • prendre du poids, en particulier sur le ventre
  • rester assis toute la journée dans une atmosphère confinée et réduire ses activités
  • se retenir de tousser et surtout de cracher (souvent pour ne pas déranger l'entourage)

Faire ou essayer de faire :

  • arrêt total et définitif du tabac
  • activité physique régulière quotidienne :
    • 1/2 à 1 heure de marche à pied en terrain plat par beau temps
    • marcher chez vous plusieurs fois par jour par séances de 10 minutes (arpenter le couloir, tourner autour de la table)
    • quelques mouvements simples: genu flexions, lever les bras en l'air
  • gymnastique respiratoire quotidienne :
      • en position couché, respirer lentement en gonflant le ventre quand l'air rentre dans les poumons, et en le rentrant (en y appuyant dessus avec les mains pour compléter) quand l'air sort (expiration, qui doit être forcée et prolongée pour vider au maximum les poumons)
      • drainage des bronches ensuite: faire des efforts de toux, remonter les crachats et les expectorer
  • éviter le ballonnement de votre ventre qui accroît votre gène respiratoire en :
    • choisissant des aliments digestes (pâtes, riz, pommes de terre, légumes bouillis, lentilles, volailles, lapin, poissons, veau, laitages).
    • évitant les crudités, les choux, les fruits, les sauces, les graisses
    • mangeant par petites quantités, lentement, en 4 à 5 prises / jour
  • vaccination anti-grippale (1 fois/an) et anti-pneumococcique (tous les 5 ans)
  • savoir reconnaître une poussée d'exacerbation:
    • majoration de la toux, de la gène respiratoire, avec fièvre parfois
    • surtout purulence accrue des crachats (qui deviennent plus épais, jaunes ou verts, malodorants)
    • consultez votre médecin qui appréciera l'utilité d'une prescription d'antibiotiques selon votre état et votre niveau d'obstruction bronchique Haut

CONSEILS "GENERAUX" DESTINES AUX PERSONNES DIABETIQUES SOUS INJECTIONS QUOTIDIENNES D'INSULINE Haut Imprimer la fiche

Votre diabète est une maladie chronique qui nécessite des injections sous-cutanées quotidiennes d'Insuline afin de maintenir vos glycémie dans des valeurs correctes à jeun et dans la journée.

  • Dosez vos glycémies tous les jours (de préférence matin et soir) à l'aide de votre appareillage spécial.
  • Les injections d'Insuline doivent être réalisées à heures fixes. L'utilisation d'un "Stylo" est recommandée. Il est souhaitable de varier les points d'injection.
  • Notez les glycémies et les doses d'Insuline injectées sur votre carnet d'Auto-Surveillance.
  • Observez votre Régime alimentaire diabétique qui vous a été précisé par ailleurs. Faites 5 prises alimentaires régulières et à heures fixes (3 repas + 2 collations).
  • Sachez reconnaître une hypoglycémie (favorisée par une alimentation insuffisante et/ou retardée, une activité physique plus importante, une trop forte dose d'Insuline): sensation de faim, de faiblesse, sueurs, malaise, et si plus --> risque de perte de connaissance. Reposez-vous, dosez votre glycémie, prenez un aliment facile à digérer et contenant du sucre. Les troubles doivent disparaître rapidement, sinon appelez votre médecin ou le SAMU.
  • Faites très attention aux risques d'infections, en particulier cutanées (blessures, furoncles) et de mycoses (muguet, intertrigo).
  • Les médicaments à base de cortisone sont proscrits ou à utiliser sous contrôle médical strict.
  • Pensez à faire contrôler votre vue et votre fond d'oeil par un ophtalmologue. Haut

CONSEILS POUR UNE BONNE HYGIENNE VEINEUSE DES JAMBES:

LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DES JAMBES LOURDES Haut - Imprimer

           

La stase, la chaleur, la compression favorisent les jambes lourdes.

Une bonne hygiène de vie ainsi que l'utilisation de moyens de contention sont plus efficaces que les médicaments.

 

A faire (ou essayer de faire):

            Lutter contre la sédentarité, pratiquer une activité physique régulière, un sport de fond (vélo...)

            Surveiller son poids : plus il est élevé, plus le retour veineux est gêné

            Surélever les pieds du lit avec des cales

            Passer la douchette d'eau froide sur les jambes matin et soir

            Traiter une constipation chronique

            Lors d'un voyage en avion, toujours porter un moyen de contention

 

Ne pas faire (ou Eviter de faire)

            Ne pas exposer les jambes à une source de chaleur

            Evitez d'exposer vos jambes au soleil

            A éviter les épilations à la cire chaude, les vêtements serrés, les bottes, les talons hauts,

            Eviter de croiser les jambes en position assise,

            Eviter de piétiner .

 

LA CONTENTION

Le port de bas, collants ou chaussettes de contention permet de soulager les troubles fonctionnels, de traiter les varices, les œdèmes des membres inférieurs, les atteintes cutanées, de prévenir l'évolution ou la récidive de la maladie.

classe 1 : contention modérée pour jambes lourdes,

classe 2 : contention moyenne pour douleurs et varices visibles,

classe 3 : contention forte pour varices évoluées et phlébites,

classe 4 : contention très forte réservée aux complications.

L'utilisation correcte et adaptée de moyens de contention est certainement plus efficace contre la maladie veineuse que l'utilisation de "phlébotoniques" ou de "protecteurs veineux", dont l'efficacité reste à démontrer. Les sportifs de haut niveau les utilisent. Ils sont remboursés par la Sécurité sociale.

Haut

 

CONSEILS ET RECOMMANDATIONS DESTINES AUX PERSONNES DEVANT UTILISER DES MEDICAMENTS INHALES SOUS FORME  D'AEROSOLS A VISEE RESPIRATOIRE Haut Imprimer

 

 

Votre médecin vous a prescrit un traitement sous forme d'aérosols.

 

Il s'agit de vous faire respirer un (ou plusieurs) médicament à travers un tube buccal (ou un masque facial) pour qu’ils atteignent vos voies aériennes basses (les bronches).

 

 Ce traitement vise à faciliter votre respiration et/ou votre expectoration.

 

 Il est le plus souvent prescrit par séance de 10 à 20 minutes à intervalles réguliers (2 à 3 fois / jour).

 

Certains produits (Bricanyl, Ventolline) procurent un soulagement immédiat et peuvent être utilisés aussi en cas de crise ou de gêne respiratoire plus importante.

 

Les aérosols sont délivrés par des appareils spéciaux (Pneumatiques ou Ultrasoniques) ou avec l'aide de l'oxygène (dont le débit doit être d'au moins 6 lites / minute).

Les produits à respirer ne doivent pas séjourner dans le réceptacle plus de 12 Heures, car ensuite ils ne seront probablement plus stériles.

 

Les tubulures, masques, flacons, ou embouts buccaux doivent être très régulièrement changés (si jetables) ou stérilisés (au moins une fois / semaine), car il y a un risque accru d'infection respiratoires en utilisant du matériel non renouvelé (des microbes peuvent proliférer dans les gouttelettes des tuyaux ou dans les flacons).  Ils doivent être tenus propres (Rincer, nettoyer, sécher, protéger). Haut