SIGNIFICATION DE LA REVERSIBILITE DE L’OBSTRUCTION BRONCHIQUE CHEZ L’ASTHMATIQUE APRES INHALATION DE BETA2MIMETIQUES: Indications de l’Observatoire des asthmes du Sud-Ouest

 

L.Vivès*°, S.Fayas*, J.Vanche*, E.Goyeau*, J .Cabréra*, P. Biel*, M.A.. Fischer* ,. M. Farny*, Y. Stambach*, A. Prudhomme*, A. Didier*, F. Neukirch** - °C.H.G. 31800, Saint-Gaudens - *Collège de Pneumologie du Sud-Ouest (C.P.S.O.) - ** INSERM U408 Bichat. Paris.

 

 Retour vers les publicationsRetour vers publications Asthme

 

 

La réversibilité immédiate (totale ou partielle) de l’obstruction bronchique. après inhalation de béta2mimétique, fait partie de la définition et du diagnostic de l’asthme. Bien que souvent recherchée, on en ignore encore l’intérêt dans l’évaluation de la maladie ainsi que sa signification pronostique.

 

But de l’étude: rechercher les relations entre cette réversibilité immédiate et la sévérité ou la gravité de l’asthme des patients inclus dans l’observatoire du C.P.S.O. Déterminer ensuite sa valeur pronostique lors de leur suivi.

 

Matériel et méthode: entre 1989 et 1994, 737 asthmatiques, vus en pratique courante par 14 pneumologues, ont été inclus dans un observatoire (TO). 378 ont été suivis et revus (Tx). Lors de ces 2 observations, 626 réponses bronchiques à l’inhalation de béta2mimétiques (R) ont été mesurées, et calculées, en pourcentage de la valeur prédite du VEMS de base, selon la formule: R = postBéta2VEMS - préBéta2VEMS. Les mesures de R étant réalisées dans 12 centres différents, nous avons vérifié (par test ANOVA, pondéré avec le VEMS), leur homogénéité par rapport aux investigateurs et aux méthodes utilisées.

 

Les facteurs susceptibles de modifier R ont été recherchés (tests de variance ou coefficient de Pearson): le tabagisme et un antécédent de B.P.C.O. la diminuent significativement, alors que la prise en continu de corticoides ou de béta2mimétiques (L.A. inclus), ainsi que le VEMS et l’état de l’asthme le jour de la mesure. n’interfèrent pas. R aurait tendance à diminuer avec l’âge (pO.O6). La signification de la réversibilité a été étudiée on comparant successivement les valeurs observées de R, ainsi qu’une stratification de R en 3 classes (<10%, de 10 à 20% et >20%). avec les variables des fiches d’inclusion (TO) et de suivi (Tx).

 

Population étudiée: Parmi les 455 sujets dont R était mesurée à TO. nous avons exclu les âges>70 ans, les antécédents de B.P.C.O. et les fumeurs. Pour prendre en compte l’obstruction bronchique nous avons également écarté les VEMS et les coefficients de Tiffeneau> = 80%. 221 asthmatiques purs ont été retenus, d’âge moyen 44 ans (3.5-70). 67% sont atopiques et 62% ont des antécédents ORL. 56% ont déjà été hospitalisés (19% on réanimation) pour des asthmes évoluant depuis 20 ans (0,5-60). 56% annoncent plus d’une crise hebdomadaire. Le VEMS moyen est dc 57” o et la réversibilité de 1 3.8<~ (+- 10.2). 80% des sujets prennent des béta2 et 67% des corticoides inhalés on continu. 114 asthmes sont sévères, 85 modérés et 16 légers.

 

Résultats: Transversalement, la valeur de R n’est liée a aucune des caractéristiques de l’asthme: âge de début, ancienneté, antécédents ORL, hospitalisations antérieures, fréquence et gravité des symptômes d’asthme. VEMS, niveau de traitement, handicap et sévérité actuels. Longitudinalement, elle n’est liée avec aucune variable de la fiche de suivi des 132 cas revus à Tx (recul moyen 35.3 mois). Ceci, qu’il s’agisse des événements survenus pendant le suivi (épisodes d’aggravations. hospitalisations, séjour on réanimation, décès par asthme. crises graves, assauts de corticoides oraux. diminution de la qualité de vie, rémissions de plus d’ 1 an), ou bien du VEMS, de la sévérité. du niveau de traitement, de l’activité et du contrôle de l’asthme à Tx. Par contre R est reproductible pour les sujet ayant ou une deuxième mesure à Tx (p<0,OOl).

 

Conclusion:     la réponse bronchique à l’inhalation de béta2mimétiques caractérise l’asthmatique par rapport au bronchitique. Elle est diminuée chez le fumeur. La réversibilité de l’obstruction bronchique est reproductible, et caractérise ainsi un malade. Par contre elle ne caractérise pas son asthme, en l’absence de liaison retrouvée avec la sévérité, la gravité et l’évolution. Elle n’a pas de valeur pronostique à 3 ans.

 

Haut