MORTALITE DES PNEUMOPATHIES AIGUES COMMUNAUTAIRES (PAC) BACTERIEMIQUES:

résultats d’une étude comparative au sein d'une cohorte hospitalière explorée par fibroscopie bronchique et hémocultures.

 

L. Vivès*, P. Biel*, G. Maler*, F. Labonne*, J. Vanche°. C.H.G. - 31800 Saint-Gaudens* et 32000 Auch°.

 

Retour vers les publicationsAccueilRetour vers infections Respiratoires  - Diaporama

La pratique systématique d’hémocultures dans l’exploration des PAC hospitalisées est parfois discutée, au vu de leur faible rendement, du surcoût engendré et des facteurs pronostiques bien établis.

 

BUT DE L’ETUDE: préciser, par une approche comparative, l’impact de la bactériémie sur la mortalité des PAC.

 

MALADES ET METHODE: de 1990 à 97, 222 PAC hospitalisées préoccupantes ou graves ont reçu au moins 2 hémocultures (HC) et 1 brossage protégé perfibroscopique (BP).

Le score de Fine (version I) a été déterminé pour tous les cas. L’antibiothérapie probabiliste a suivi les recommandations habituelles, compte tenu du terrain et des traitements préalables de ville.

Ont été retirés de l’analyse: - les résultats discordants entre les HC et les BP (N=5) - les sérologies positives à Mycoplasme ou Chlamydia (N=25) - les cas non documentés (N=59).

Deux groupes ont été constitués selon les résultats des hémocultures (groupe A: BP+ et HC- ; groupe B: BP+ et HC+ ) et comparés par tests statistiques (T test de Student et ANOVA).

 

RESULTATS: la proportion de sujets diabétiques (A: 7,3% - B: 19%), la PaO2 en mm Hg (A: 57,9 - B: 53,4), la présence d’un choc à l’entrée (A: 5,3% - B: 25%), la mortalité (A: 16,6% - B: 35,7%) différaient significativement entre les deux groupes. Par contre, les autres caractéristiques des malades (âge, sexe, antécédents), la présentation clinique, l’extension radiologique, la polynucléose, le retentissement général, le score de Fine, la répartition des germes et des antibiothérapies étaient comparables.

Les cas avec bactériémie étaient plus nombreux dans les classes de Fine élevées et comportaient un taux de décès significativement plus important dans toutes les classes (tableau I). Cette surmortalité persistait après une analyse multivariée incluant l’âge et la PaO2.

 

 

Classes

Groupe A (96)

Groupe B (42)

de Fine

N

% Décès

N

% Décès

 I et II

24

4,1%

6

16,6%

 III

37

13,5%

17

23,5%

 IV

30

23,3%

14

42,8%

  V

5

60%

5

80%

Tableau I: répartition dans les classes de Fine

CONCLUSION: une bactériémie a été retrouvée dans 30% des PAC bactériennes documentées de cette étude. Aucun facteur prédictif de sa présence n’a été identifié. Elle a doublé la mortalité. Ces résultats incitent au maintien des hémocultures dans les PAC hospitalisées, d’autant plus si l’on dispose des techniques à détection rapide de pousse.

HAUT