IMPACT DE LA DENUTRITION SUR LE DEVENIR A MOYEN TERME DES INSUFFISANTS RESPIRATOIRES OBSTRUCTIFS EN OXYGENOTHERAPIE DE LONGUE DUREE: étude du Mini Nutritionnal Assesment (M.N.A.).

 

L. Vivès, P. Biel, F. Fournial, J. Vanche, M.A. Fischer, J.C. Charet, H.A. Haddad, J. Cabréra, S. Fayas, M. Murris-Espin;

Collège de Pneumologie du Sud-Ouest et S.A.D.I.R.; C.H.U. Purpan - 31059 Toulouse

 

Retour vers l’accueil - Retour vers les publicationsPublications Pneumologie divers - DIAPORAMA

 

En 1996, nous avons déterminé l’état nutritionnel (par le M.N.A. et le taux d’albumine) de 109 sujets en oxygénothérapie de longue durée (O.L.D.) pour une insuffisance respiratoire chronique obstructive grave (B.P.C.O.). Un an après nous avons voulu savoir si le M.N.A. avait une signification pronostique.

MALADES ET METHODE: 97 malades ont été suivis en moyenne 14 mois (H/F: 3,04; âge: 71 ans +-9; ancien fumeurs: 71%; V.E.M.S.: 37,5% +- 15; P02 air ambiant: 55,7 +-6; comorbidités extra-pulmonaires notables: 59%; coeur pulmonaire: 67,8%; M.N.A.: 23,6 +-4; sujets dénutris: 19%). Les caractéristiques lors de l’inclusion des sujets décédés ont été comparées (T test de Student et U de Mann Whitney) à celles des survivants.

 

RESULTATS: les 2 groupes différaient par leur âge, le nombre d’infections respiratoires dans l’année précédent l’inclusion, le taux d’albumine, le M.N.A. les scores anthropométrique et diététique   (les sujets décédés étaient plus âgés, plus infectés, avaient un plus mauvais été bucco-dentaire, étaient plus dénutris, plus maigres et s’alimentaient moins que les survivants).

 

A l’inclusion

Décédés

(N = 21)

En vie

(N = 76)

p

 

Age moyen

74,5 ans

70 ans

0,05

Comorbidités

57%

71%

N.S.

Pa O2

55

55,9

N.S.

V.E.M.S. %

35,3%

38,4%

N.S.

Infections / an

2,2

1,5

0,04

Mauvais état bucco-dentaire

42,8%

19%

0,03

% de C.P.C.

69%

61%

N.S.

Albumine

32,4 gr

40,6 gr

0,003

M.N.A.

21,2

24,3

0,001

En analyse multivariée l’âge et la dénutrition se recoupaient; le M.N.A., le score diététique et le nombre d’infections ont été les variables les plus fortement liées au décès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION: 21,6% de nos sujets B.P.C.O. en O.L.D. sont décédés à 14 mois. La dénutrition est apparue comme leur principal facteur pronostique, indépendant des constantes respiratoires, des autres antécédents, de l’ancienneté, de la durée et de l’efficacité des traitements institués.

 

Le M.N.A. est un test d’appréciation de l’état nutritionnel simple et rapide. Il a eu ici une valeur pronostique propre. Cette étude incite à l’utiliser chez l’insuffisant respiratoire grave.

 

Haut