ANALYSE DE L’ANTIBIOTHERAPIE PREALABLE DE VILLE DES PNEUMOPATHIES AlGUES BACTERIENNES SECONDAIREMENT HOSPITALISEES: 42 cas au sein d'un groupe de 120 explorées par fibroscopie bronchique bronchique avec L.B.A. / B.P.

 

L.Vivès, P.Biel, M,Dufour, J.Vanche — C.H.G. 31800 Saint Gaudens et 32000 Auch (France)

 

Retour vers les publicationsAccueil Infections Respiratoires

 

En ville, l’antibiothérapie de première intention des pneumopathies aiguës bactériennes est empirique. Son échec conduit à sa modification ou à l’hospitalisation selon l’état du malade.

 

MATERIEL ET METHODE : 42 dossiers de pneumopathies aiguës bactériennes communautaires hospitalisées (et explorées par L.B.A. / B.P.), au décours d’une antibiothérapie empirique préalable prescrite en ville ont été repris à posteriori. Les antibiothérapies préalables à l’hospitalisation ont été définies et analysées.

 

ANTIBIOTHERAPIES PREALABLES:

 

Natures: 56 antibiotiques (macrolides 13, céphalosporines I 12, aminopénicillines 9, céphalosporines III orales 5, fluoroquinolones 4, amoxicilline + a. clavulanique 4, aminosides 3, cyclines 3, divers 3).

 

Motifs de la prescription en ville: pneumopathies 20, bronchites 18.

 

Durées: - moins de 5 jours 19 - de 5 à10 jours 19 - plus de 10 jours 4

 

Types d’antibiothérapies: - mono thérapies 28 (67%) - poly thérapies 14 (bi thérapies concomitantes 5, successives 7, tri thérapies successives 2) -  Traitements > 5jours: monothérapïes 45%, polythérapies 78%.

 

Observances des antibiothérapies: - bonnes 32 - intolérances 2 - non précisées 8.

 

Résistance des germes aux traitements en cours: - macrolides 4 (Pneumocoque 3, Haémophilus 1) – céphalosporines I 3 (Légionnelle, Haémophilus, Branhamella Catharalis) - ampicilline 2 (Klebsiella P. 2) - fluoroquinolones 2 (Pneumocoque 1, Serratia 1) – amoxicilline + a. clavulanique 1 (Pyocyanique) - sulfamide 1 (E. Coli) -  ampicilline  +  macrolide 1 (Klebsiella P.).

 

ANALYSE DES ECHECS: - certain 34 - probable 3 - douteux 4 - guérison à l’admission 1. Nature des échecs certains: - clinique seul 11 (pas de germe retrouvé) - clinique + germe sensible retrouvé 9 - clinique + germe résistant retrouvé 12 – clinique + germe colonisant retrouvé 2.

 

Antibiotiques en échec certain: - un seul 24 (céphalo.I 7, macrolides 5, amoxicïlline 4, CIII 2, fluoroquinolones 2, aminosides 2, amoxi + a.clavulanique 1, sulfamide 1) - association 10 (macrolides: + amoxi a.clav. 3, + ampi 1, + cycl. I   céphalosporine I: + amoxi 1 + cycl. 1, + aminoside 1 céphalosporine III + quinolone 1   ampiciline + cycl. 1).

 

Résultats des échecs après reprise à l’hôpital: décés par pneumopathie 15% (associations 10%   monothérapies 17%)

 

CONCLUSION:

 

*  Aucun antibiotique usuel n’évite ou n’accumule les échecs dans le traitement empirique des pneumopathies aiguës communautaires.

 

*  Ceci relègue le problème du choix de l’antibiotique après celui des facteurs de risques et impose de revoir le malade systématiquement à J 3 sans hésiter à l’hospitaliser en cas d’aggravation.

 

Retour vers le haut